...................................

 

Une formation en réflexologie plantaire s'ouvre en septembre à Tourcoing/ Article de Christian Vincent /

La voix du nord du 21 juillet 2012.

 

| LE VISAGE DE L'ACTUALITÉ |

 

Quand on la connaît un peu, on sait que Karine Delmas n'est pas du genre à vous dresser un portrait ésotérique de sa spécialité. Cette ancienne photographe de presse toujours aussi passionnée, engagée auprès d'enfants en Inde, s'est reconvertie vers la réflexologie plantaire. Avec douze autres praticiens, dont des professionnels de santé, elle organise des formations à partir de septembre à Tourcoing.

 

« La réflexologie plantaire se pratique toujours sur du complémentaire. On s'assure toujours que les gens soient suivis médicalement lorsqu'il y a des pathologies. nous ne sommes pas des substituts aux médecins ou aux kinésithérapeutes. » Le décors est planté. Pratique ancestrale et toujours très répandue en Chine dans la famille des médecines traditionnelles, la réflexologie plantaire n'a toujours pas fait l'objet de beaucoup d'études scientifiques avec des protocoles d'analyse très stricts. « On sait qu'il y a des troubles qui s'améliorent, tout un tas de petits bobos qui diminuent ou disparaissent, c'est en particulier vrai pour des troubles liés au stress, digestifs, de circulation ou de douleur dorsale. » D'ailleurs, une cartographie du pied existe depuis très très longtemps. Aujourd'hui, l'ostéopathie commence à être reconnue et certaines mutuelles remboursent des soins alors qu'il fut un temps où cette pratique était combattue par des praticiens installés.

 

Bien entendu, les praticiens qui forment et seront formés à Tourcoing, le seront aussi pour orienter les clients vers d'autres spécialistes comme des généralistes, des psychologues, des kinésithérapeutes, des psychiatres, etc.

 

Dans sa pratique Karine Delmas remarque qu'elle pourrait se contenter de masser les pieds mais elle s'est « rendue compte que l'important était de voir la personne dans sa globalité. » L'écoute est ainsi importante pour bien aider. « Il faut déterminer le lien entre ce que dit le corps et une éventuelle origine émotionnelle. On décode à tous les niveaux. On peut guider la personne pour une prise de conscience sur les déclencheurs émotionnels. Il y a toujours une conjonction de plusieurs éléments. » Et même si rien n'est scientifiquement prouvé, chacun sait ou pense savoir, que des situations de stress peuvent avec des conséquences physiques rapidement.

 

Karine Delmas remarque qu'en Occident nous avons, contrairement à l'Orient, des réticences par rapport à notre propre corps, les gens ne se touchent pas. Et elle insiste : « on est très vigilant à ce que ce ne soit pas un machin ésotérique. Les techniques n'ont rien à voir avec une quelconque croyance, c'est juste une approche différente du corps par rapport à celle du système occidental, ce ne sont pas du tout des stages de développement personnel. »

 

Retrouver des pratiques anciennes

 

Parmi les axes de la formation proposés, au-delà de l'ensemble des gestes techniques, un accent est porté sur l'hygiène de vie.

 

La formation existe depuis un an. Avant celle de Tourcoing, elle l'exerçait seule. C'est une équipe élargie qui interviendra à Tourcoing. « La réflexologie plantaire ne s'improvise pas ; les mauvais gestes peuvent avoir des conséquences » même si elle estime que l'on ne peut pas faire de gros dégâts à l'organisme, c'est une médecine douce avec des effets. Et pour insister sur le fait qu'on ne peut faire n'importe quoi, Karine Delmas explique que quand il y a une pathologie lymphatique, on ne masse pas. Quand il y a une grossesse, on ne masse pas les zones touchant au système reproducteur. « On ne masse pas de la même manière quelqu'un qui a 45 ou 70 ans. » Elle estime que l'on revient juste à des pratiques anciennes qui remettent la personne au coeur du travail. « On se doit d'accompagner les gens de manière éthique, avec le plus de justesse et d'intégrité. D'ailleurs une charte est signée par chaque stagiaire en début de formation. (...) Je ne suis pas psychologue mais il faut quand même avoir des bases. » Comment est-elle arrivée à Tourcoing ? « On cherchait un lieu dans la métropole et il y avait de la place dans le local où va s'installer la compagnie théâtrale mon compagnon, rue de Moulin-Tonton dans les locaux de l'ancien studio Feeling. » Ce local ne servira qu'à la formation, Karine Delmas ayant son propre cabinet dans une autre commune.

 

Les week-ends auront beaucoup de cours pratique entre les stagiaires mais aussi sur Karine Delmas, lui permettant de vérifier que les gestes sont bons, ni trop, ni pas assez appuyés, bien localisés. Il y aura aussi des travaux à thème comme la capacité de la prise en charge d'une personne, sur son accueil, sur les thèmes de l'addiction, de l'anxiété, des troubles alimentaires, de la sexologie, ou encore un module qui portera sur la maternité.   

 

Renseignements : Karine Delmas, 06 08 48 02 33

www.kd-reflexo.com

www.formationreflexo.com

kdelmas.reflexo@gmail.com.

 

PAR CHRISTIAN VINCENT

La Voix Du Nord